Hydrogène : deux avancées qui pourraient s'avérer majeures

Article rédigé le Mardi 18 Mars 2008 par agatefrance
 
 
L’hydrogène est régulièrement présenté comme le 'carburant' de l’avenir, puisqu’en association à une pile à combustible, pour produire de l’électricité, il ne rejette que de l’eau. Néanmoins, cette technique se heurte à 2 handicaps majeurs : la production d’hydrogène est très gourmande d’un point de vue énergétique et la quantité de platine nécessaire à la réalisation d’une pile à combustible en fait une solution élitiste.
Pour tenter de remédier à ces 2 problèmes, des chercheurs s’activent un peu partout sur la planète et, en ce début de mois, c’est d’Italie que viennent 2 procédés prometteurs.

Ainsi, les équipes de l’ICB (Institut de Chimie Biomoléculaire) de Naples viennent de présenter une nouvelle technique de production d’hydrogène qui présente l’avantage de ne pas recourir à l’utilisation de gaz ou de charbon (tous les deux très polluants). Le procédé se présente comme un système de valorisation de la biomasse, avec le développement de bactéries Thermotoga neapolitana (1) sur des déchets enrichis en sels minéraux, protéines… générant de l’hydrogène sous forme gazeuse, le dihygrogène (H2) utilisé pour les piles à combustible.
Si cette technique est très intéressante en permettant de produire de l’hydrogène sans recours aux énergies fossiles, elle n’en est pas moins limitée à la disponibilité de biomasse et ne peut, à ce titre, qu'être un élément de réponse d'une production massive d'hydrogène.

A l’inverse, l’ICCOM (Institut de Chimie des Composés Organométalliques) vient de présenter une solution qui pourrait permettre de s’affranchir du très coûteux et rare platine des piles à combustible. Les chercheurs ont en effet développé des cellules qui contiennent des catalyseurs nanostructuraux, sans platine, capables de produire de l’électricité à partir d’hydrogène.
Si des tests sont encore nécessaires pour valider le potentiel industriel de ces catalyseurs, ce procédé pourrait participer à la démocratisation de l’utilisation de hydrogène, que l'on peut rêver 'propre' avec une production à partir d’énergies renouvelables.

Sources : Alex Belvoit (Univers Nature)

1- Ces bactéries présentent l’avantage de pouvoir se développer à de hautes températures. On les trouve naturellement au niveau des sources thermales à 70-75 °C.
Mots clés : actualite, meteo
Dans Actualités » Prévisions
 
 

Sur le même sujet

Commentaires